Comment éviter les arnaques sur son patrimoine ?

NE PAS SE FAIRE DEROBER SON PATRIMOINE

Le patrimoine est la chose la plus précieuse que l’on puisse transmettre
puisqu’il représente non seulement le travail de toute une vie, mais également
toutes les chances que l’on veut offrir à ceux qu’on aime.

Que l’on rédige un testament ou que l’on souscrive à des assurances-vie,
le soin qu’on prendra à répartir ses biens est essentiel pour les générations
futures. Une mauvaise décision peut se répercuter sur plusieurs générations.

Les choses peuvent sembler simples à dire, mais lorsque la maladie d’Alzheimer
s’en mêle, la réalité peut prendre une tournure dramatique.

Des familles se sont retrouvées ainsi devant les tribunaux pour tenter de
récupérer un patrimoine qui leur avait été dérobé in-extremis. Le problème est
que la partie lésée n’a que peu de chances de recouvrer son héritage : les juges
demandent en effet que la preuve soit faite que la personne n’avait plus tous
ses esprits au moment précis de la transmission.

Bien sûr c’est chose facile lorsque la personne a été préalablement examinée
par un expert et qu’elle a été déclarée irresponsable. Mais lorsque la maladie
n’a pas été décelée à temps et que le diagnostic de l’expert a eu lieu à posteriori,
il est quasiment impossible de prouver quoi que ce soit. Les escrocs ont donc
encore de beaux jours devant eux…

 Le problème de la maladie d’Alzheimer est que cette maladie ne se déclare
pas tout à coup d’une manière claire et précise, mais au contraire d’une façon
lente, insidieuse, et très fluctuante. C’est cette dernière caractéristique
qui permet aux escrocs de se défendre en prétendant que la personne était dans
une phase de lucidité au moment de la signature des actes. Impossible de prouver
le contraire !

Comment se protéger ?

 Si vous êtes bénéficiaire d’une assurance-vie, l’idéal est "d’accepter"
le contrat auprès de l’organisme qui l’a émis. Le don est alors irréversible,
sauf avec votre accord.

 Si vous êtes héritier testamentaire, le mieux est de faire examiner la personne
par des experts psychiatres et neurologiques le plus tôt possible. Ainsi vous
pourrez accumuler les preuves en cas de litige.

 Si vous êtes le testateur et si vous voulez protéger vos descendants, vous
pouvez soit vous tourner vers la solution de l’assurance-vie acceptée par le
bénéficiaire, soit vous tourner vers la solution des donations de votre vivant.
Qu’il s’agisse de vos finances ou de vos biens immobiliers, ces deux solutions sont radicales puisque irreversibles, mais c’est bien là
le problème : vous ne pourrez plus revenir en arrière en cas de fâcherie avec
l’un de vos descendants.

 Rien n’est simple et, la maladie d’Alzheimer progressant à pas de géant,
les familles lésées n’ont pas fini d’envahir les tribunaux en pure perte !